Prix Canon • Entreprise Française • Expédié en 24H
Épisode 6 : Le Cablélisme, partie 1

"Il m'en souvient, c'était une nuit d'orage pas comme les autres... la vie de matelot n'est pas de tout repos !" Ali Babator raconte.

Ñ Épisode 6 : Le Cablélisme, partie 1 Ð

Une nuit d'orage particulièrement éprouvante qui aurait fait trembler le plus aguerri des capitaines, notre cher équipage dérivait sur leur bateau au gré de la houle. Le courroux de Neptune semblait inaltérable, et les perturbations électromagnétiques auraient pu perdre pour de bon le Black Poulpe sans les câbles RJ45 blindés qui entouraient la coque. Ils avaient perdu la notion du temps, ne sachant plus vers quelle divinité se tourner pour tenter de réchapper à cette mer enragée. Réfugiés dans la cale, nos matelots la fouillèrent de fond en comble, cherchant une solution à leur calvaire, quêtant la moindre idole, icône ou effigie d'une divinité marine.

Fortuitement, Adam mit la nageoire sur le texte apocryphe d'une obscure religion, écrit par un ancien capitaine pirate converti : T’chamel de Booze dont ils avaient avec une courageuse couardise pillé le navire à quai au port de Tortusb, une nuit par temps de brouillard. Ce pirate célèbre avait roulé sa bosse aux quatre vents. Il était d'ailleurs aussi connu pour lamper à qui mieux-mieux (à ce propos, Terry Pratchett disait : "Lamper c'est comme boire mais on en renverse davantage à côté.")

Malheureusement un soir, ayant bamboché plus que de raison, il avait perdu son foie. Néanmoins, il avait désormais gagné la foi : dans son délire éthylique et son délirium très mince, il eut LA révélation - la vision. La vision d'une pieuvre géante toute de câbles constituée. Il sut alors quelle voie emprunter. Il largua les amarres, noya son équipage, enterra ses butins sur une île perdue et transforma son navire, le Vaisseau du Dessert en église. Ainsi naquit le Kalodioctapodisme, menée tambour battant par l'ancien capitaine devenu l'abbé T'chamel, vivant en bonne intelligence avec les pastafariens et les disciples de Raptor Jesus sur l'île des contrebandiers.

Par la suite un schisme naquit au sein de l'église avec d'un côté les hachdéhèmistes, les airjistes, et de l'autres les huessbéotiens, mais ceci est une autre histoire.

Ainsi s'exprimait T'chamel de Booze à propos des Révélations de la Pieuvre de Câbles géante :
    "Le Cablélisme est une croyance monothéiste relativement connue dans le monde de la piraterie 2.0 dont la divinité est la Pieuvre de Câbles géants, dont les 26 tentacules ont toutes une longueur et des embouts différents. On raconte que si l’on arrive à connecter l’un de ses embouts RJ45 ou RJ11 à une connexion de son navire lors d’une situation désespérée, le bateau sera comme transporté à la façon d’une donnée dans un câble USB et  partira de son environnement problématique pour ainsi atterrir dans un qui lui sera préférable, le sauvant de tout danger.  Suite à cette épreuve, si votre palmarès de pirate le mérite, il vous laissera un adaptateur RJ45 de couleur noire, afin de l’appeler une dernière fois en cas de besoin.  Mais utilisez le bien, car il ne reviendra pas par la suite ! 
Cette pieuvre en câbles géants vient d’une planète qui aujourd’hui n’existe plus.  Elle  a été obligée de fuir celle-ci car un mal inconnu y sévissait, décimant la population aussi vite qu’un pirate peut boire de bière dans la taverne du coin, ce qui est assez rapide vous le concéderez. Tout son peuple était en câbles et avait des pouvoirs, mais elle possédait les plus grands. Utilisant une très grosse partie de ses pouvoirs, et dans l’espoir qu’elle puisse faire un tant soit peu perdurer l’espèce,  elle se lia au canal internet de la terre et pu ainsi se transférer dans la mer terrienne, laissant son histoire derrière elle. 
Elle venait d’une autre planète, mais son savoir était grand. Elle su donc qu’il ne fallait pas qu’elle se montre au grand jour, sous peine d’être capturée et tuée, et décida d’œuvrer dans l’ombre afin d’aider les quelques pirates désespérés qui aurait entendu parler d’elle par quelques moyens que ce soit.  Elle était intriguée par la population des pirates, ne les comprenant pas. Elle pensait qu’elle pourrait ainsi mieux les cerner en venant quelques fois à leur secours. 
Mais il fallut un peu de temps, d’observation et  d’aide sans qu’on lui ai forcément demandé pour qu’elle se fasse appeler. Elle s’occupa ainsi pendant longtemps en créant un paradis pour les pirates. Mais ne maîtrisant pas les matériaux humains, elle le bâtit avec ce qu’elle pouvait créer. 
    C’est ainsi que, si vous avez déjà été sauvés 2 fois par la pieuvre en câbles géants, ou si celle-ci s’est trompée lors d’un sauvetage et a causé votre mort, vous pourrez gagner une paix éternelle dans un paradis tapissé de scratch auto agrippant vert formant de superbes paysages vallonnés, d’une mer de câbles deskpatch aux bleus d’une profondeur jamais vue, et d’une taverne décorée de câbles blindés, aux allures steampunk et aux ressources illimitées où tous les pirates peuvent se réunir et festoyer quand ils le souhaitent. 
Ravis de leur lecture, l’équipage se sentait déjà soulagé de savoir qu’il leur restait une chance afin de survivre à cette tempête. Mais une information restait à trouver : Comment pouvait on appeler la pieuvre en câbles géants afin qu’elle les sauve ? Ils tournèrent la page, certain de trouver leur réponse. Mais un problème leur fit face : la page d’après était déchirée. Et était introuvable dans le reste du journal."

Le capitaine hurla alors, dans un ton qui couvrit le bruit de la mer déchaînée : Fouillez la cale de fond en comble, si le journal était ici, cette page doit y être également !!! 



0 commentaire(s) publié(s)

Partagez !


Postez un commentaire sur l'article : Épisode 6 : Le Cablélisme, partie 1



< Retourner à l'index